Romance
CORPS IMPATIENTS – EMMA GREEN

CORPS IMPATIENTS – EMMA GREEN

Je vous ai déjà parlé d’Emma Green, je vous ai dit que c’était une de mes valeurs sûres en matière de romance. Et pourtant, on ne peut pas dire que Corps Impatients ait été un grand succès. Pire, j’ai soufflé si fort en terminant ce roman que j’en ai déclenché une tempête.

Thelma décide d’échapper à un destin médiocre en entrant à 21 ans à la prestigieuse université de Columbia à New York. Se tenant loin des hommes, des loisirs et des sorties, elle met toute son énergie dans la réussite de ses études. Pourtant, sa rencontre avec Finn McNeil, le séduisant professeur de littérature, met à mal sa ligne de conduite.

Ça partait pourtant bien parce que je dois avouer que je suis assez friande des histoires prof-élève. Bon, les personnages restent très clichés, le scénario n’est pas très original mais les autrices arrivent toujours à donner un petit twist qui m’emporte dans leurs histoires, alors je me suis laissée guider. La romance démarre assez rapidement, ce que j’aime beaucoup, et les sujets en dehors de cette romance ont aussi su me captiver.

Malheureusement, est arrivé un moment où l’on tournait en rond. Thelma et Finn faisaient toujours face aux mêmes problèmes, qui étaient toujours réglés de la même manière. J’avais l’impression que le livre aurait pu être amputé de plusieurs dizaines de pages que l’on aurait pas vu la différence. D’ailleurs, je l’ai péniblement terminé en lisant la dernière centaine de pages en diagonale tellement j’en avait marre. Vous savez à quel roman cela m’a fait penser ? After. Et je n’ai jamais du dépasser les 200 pages du premier tome, alors imaginez un peu la torture.

J’ai aussi eu un énorme problème avec les surnoms que Thelma donnait à Finn. J’ai très vite trouvé ça cringe d’entendre parler de « professeur McLove » et de « l’Homme » (« avec une majuscule parce qu’il est très viril », au secours !). Je pensais que plus leur relation évoluerait, moins on aurait droit à des surnoms aussi atroces mais non, du début à la fin il a fallu que Thelma les utilise et me rende cinglée. Je n’ai donc absolument pas apprécier suivre cette romance parce que j’étais plus gênée qu’autre chose. Je suis toujours emportée par Emma Green d’habitude, là je voulais juste voir le cauchemar prendre fin.

J’ai fini ce roman en lisant en diagonale, mais surtout en étant soulagée d’en voir la fin, et avec une certaine appréhension à l’idée de sortir les autres romans des autrices de ma pile à lire. J’ai plus d’une fois conseillé Emma Green à mes amies, et je continue de le faire pour les titres qui m’ont convaincu mais celui-là, on peut s’en passer. Corps Impatients est un premier tome et une chose est sûre, je ne lirai jamais la suite.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :