Horreur
CARRIE – STEPHEN KING

CARRIE – STEPHEN KING

Qui n’a jamais entendu parler de Carrie de près ou de loin ? Que ce soit le livre ou l’une des adaptations, le premier roman de Stephen King est l’une des histoires d’horreur les plus connues. Et une de mes favorites. Cela fait déjà deux fois que je lis et les deux fois j’ai été scotchée par le talent de Stephen King.

À dix-sept ans, solitaire, timide et pas vraiment jolie, Carrie White vit un calvaire, victime du fanatisme religieux de sa mère et des moqueries incessantes de ses camarades de classe. Sans compter ce don, cet étrange pouvoir de déplacer les objets à distance, bien qu’elle le maîtrise encore avec difficulté…
Un jour, cependant, la chance paraît lui sourire. Tommy Ross, le seul garçon qui semble la comprendre et l’aimer, l’invite au bal de printemps de l’école. Une marque d’attention qu’elle n’aurait jamais espérée, et peut-être même le signe d’un renouveau ! Loin d’être la souillonne que tous fustigent, elle resplendit et se sent renaître à la vie. Mais c’est compter sans l’aigreur et la mesquinerie des autres élèves.
Cette invitation, trop belle pour être vraie, ne cache-t-elle pas un piège plus cruel encore que les autres ?

Ce que j’ai le plus  aimé dans ce roman c’est sa forme. Carrie est écrit une manière un peu particulière, avec des interviews, des articles de journaux ou encore des rapports de médecins et de police intercalés entre les moments de narration. Ca donne une vraisemblance à l’histoire de Carrie qui me plaît énormément.

Ce qui rend le récit de Stephen King si abominable c’est aussi son rythme. L’auteur aime prendre son temps pour poser son ambiance et c’est exactement ce qu’il se passe ici. L’histoire reste dramatique dés le début mais ce n’est qu’en arrivant au climax du livre, la scène du sang de porc au bal, que le récit va révéler toute son horreur au lecteur. Et l’horreur, ce n’est pas ce qui manque ici. Stephen King n’est pas avare en détails en ce qui concerne les agissements de Carrie et le cauchemar qu’elle fait vivre à la ville de Chamberlain. 

Carrie nous fait passer un bien horrible moment et pourtant, on ne peut s’empêcher d’avoir une certaine affection pour cette jeune adolescente rejetée par ses paires. Ses camarades sont impitoyables, les adultes la laissent totalement tomber pour ne pas avoir à gérer trop de complications et sa mère est une fervante catholique qui ne fait que compliquer la vie de sa fille. On a très vite de la compassion pour Carrie et celle-ci perdure tout au long du récit, même après les actes abominables qu’elle a commis.

C’est en étant sacrément secoué que l’on ressort de cette lecture, il n’empêche que ce livre reste un coup de coeur, même à la relecture. Moi qui avais un peu délaissé Stephen King j’ai repris goût à sa plume et à ses histoire et il me tarde d’en lire d’autres.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :